L'agroforesterie et le CACAO

Le chocolat est en un vrai plaisir qui est de plus en plus apprécié.

La demande mondiale de chocolat devrait croître de près de 20 milliards de dollars dans les 5 ans .

Malheureusement, pour faire face à cette demande mondiale,  les forêts vierges et les prairies sont défrichées pour faire place à des monocultures de cacao comme l’on à fait pour le soja, le blé .

La culture du cacao est l'une des principales causes de déforestation dans de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest et d'Amérique du Sud. En 2017 (1) 80% de la couverture forestière tropicale en Côte d'Ivoire a disparu, en grande partie à cause de la culture du cacao.

Cependant, il existe des alternatives que de nombreux agriculteurs et chocolatiers préconisent depuis des années.

L'une de ces alternatives c'est l'agroforesterie du cacao.

 Le problème de la monoculture du cacao consiste à cultiver uniquement des cacaoyers sur une parcelle de terre. À court terme, les monocultures produisent jusqu'à 40% de rendements plus élevés, mais cette méthode agricole non durable provoque rapidement la dégradation du sol, la perte de ses nutriments et l'assèchement. Ainsi, pour maximiser la rentabilité à court terme, davantage de forêts sont défrichées pour faire place à plus de cacao en monoculture. Cette technique de brûlis est une cause majeure de déforestation, d'érosion des sols et de perte de biodiversité qui rend les cacaoyers vulnérables aux impacts du changement climatique ainsi qu'aux ravageurs et aux maladies. Par conséquent, en plus d'une catastrophe environnementale, ce style d'agriculture est extrêmement insoutenable à long terme pour les petits agriculteurs.  Petra Kollmannsberger, la CSO de 12-Tree, une organisation dédiée aux projets forestiers et agricoles durables indique  «nous devons comprendre que des centaines de millions d'agriculteurs pauvres essaient de subvenir aux besoins de leurs familles sur une petite superficie sans accès aux engrais et à d'autres technologies». Elle a poursuivi en expliquant que dans les pays en développement, la déforestation pour l'agriculture est étroitement liée à la dégradation des terres et au cycle de privation sociale. Petra explique que ce cycle se déroule comme suit: «un désir de sécurité et de richesse entraîne la déforestation et l'utilisation non durable des sols et de l'eau, qui provoquent tous la dégradation des terres. Dans les champs des agriculteurs, cela se voit dans l'érosion des sols, la dégradation du cycle des nutriments et la perte de fertilité et de structure des sols. Toutes ces choses entraînent une baisse des rendements des cultures. Les bas prix du cacao accélèrent la vitesse de la baisse. La faible productivité combinée aux bas prix du cacao se traduit par de faibles revenus et empêche les agriculteurs d'acheter les intrants essentiels à la production agricole. Ils sont donc contraints de défricher la forêt pour ouvrir de nouveaux champs et ainsi reprendre le cycle. » Alors, comment les agriculteurs échappent-ils à ce cycle? Une solution est l'agroforesterie.

Qu'est-ce que l'agroforesterie?

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) définit l'agroforesterie comme: «Un système de gestion des ressources naturelles dynamique et écologique qui, grâce à l'intégration des arbres dans les exploitations agricoles et dans le paysage agricole, diversifie et maintient la production pour une augmentation sociale, économique et environnementale avantages pour les utilisateurs des terres à tous les niveaux.

 En d'autres termes, l'agroforesterie est la culture d'arbres, d'arbustes et d'autres cultures côte à côte, par opposition à la production d'une seule culture (monoculture). L'agroforesterie peut interrompre ce cycle de déforestation . Les légumineuses et les arbustes dans les systèmes de culture initient le processus de restauration agro-écologique, reconstruisant la fertilité des sols tout en renforçant les fonctions de l'agroécosystème qui réduisent le risque de ravageurs, de maladies et d'épidémies; tout cela se traduit par une productivité [à long terme] plus élevée. »

L'agroforesterie ne garantit pas seulement la durabilité des aspects environnementaux, mais s'assure également qu'elle répond aux besoins des aspects sociaux et environnementaux des communautés locales.»

L'agroforesterie gagne en popularité aux États-Unis et en Europe dans les secteurs agricoles. Sa pratique remonte à des centaines d'années dans de nombreuses régions d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

L'agroforesterie fait maintenant son retour dans la culture du cacao alors que les agriculteurs reconnaissent qu'ils doivent protéger leurs terres afin d'atténuer les risques du changement climatique.

 Selon des rapports récents, le cacao pourrait disparaître au cours des 40 prochaines années, en raison des pratiques non durables des monocultures. En réponse, dans des pays comme le Ghana et la Côte d'Ivoire, où la majorité du cacao mondial est cultivé dans des systèmes de monoculture pendant des décennies,

L'agroforesterie est lentement introduite alors que les agriculteurs sont encouragés à cultiver des mangues, des noix de cajou et d'autres arbres et cultures aux côtés leur cacao.

Quels sont les avantages de l'agroforesterie du cacao?

Avec l'agriculture et la foresterie intensives, les humains se sont habitués à faire passer les intérêts économiques avant ceux de la nature. La planète en souffre. Les populations locales souffrent. La biodiversité est en déclin. L'agroforesterie durable adopte l'approche opposée, mettant les intérêts des gens et l'agriculture durable au premier plan.

L' agroforesterie protège la biodiversité et aide les communautés locales

Les recherches sur l'agroforesterie et ses avantages pour la biodiversité sont nombreuses. L'agroforesterie réduit non seulement le taux de conversion des habitats naturels en terres agricoles, mais elle s'est également avérée fournir un habitat aux espèces sur des terres agricoles dédiées. De plus, il fournit un paysage connecté pour les espèces, par opposition aux écosystèmes fragmentés.

 Enfin, comme l'agroforesterie imite les forêts naturelles, elles fournissent des services écosystémiques tels que la protection contre l'érosion des sols, la conservation de l'eau et la gestion naturelle des ravageurs et des maladies, empêchant ainsi la dégradation de l'habitat et permettant à la place la biodiversité de la flore et de la faune de s'épanouir.

Les systèmes agroforestiers ne contribuent pas seulement à la conservation de l'environnement, mais peuvent également augmenter les chances de réussite d'une exploitation cacaoyère d'un point de vue agronomique et économique.

L'agroforesterie ne garantit pas seulement la durabilité des aspects environnementaux, mais s'assure également qu'elle répond aux besoins des aspects sociaux et environnementaux des communautés locales. Un projet d'agroforesterie doit non seulement revitaliser une parcelle de terrain ou de forêt, mais aussi améliorer l'emploi local, les soins de santé, l'éducation et le bien-être social de ses communautés, et jeter des ponts entre des communautés d'investisseurs, d'agriculteurs et d'acheteurs internationaux qui ont beaucoup à offrir les uns aux autres.

 Améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles

Il est essentiel d'assurer une conversation environnementale, mais elle doit également répondre aux besoins économiques des petits exploitants agricoles pour gagner leur vie. L'agroforesterie assure non seulement la durabilité à long terme de l'utilisation des terres et protège ainsi les revenus futurs. Cependant, cela permet également aux agriculteurs de diversifier leurs sources de revenus.

Avec des arbres d'ombrage, la même parcelle de terrain peut être utilisée pour produire deux cultures ou plus qui sont liées à différents marchés, augmentant ainsi la résilience économique d'une ferme.

De nombreux producteurs de cacao utilisent les bananes et les plantains comme cultures d'ombre, car ils sont généralement consommés dans les pays producteurs de cacao. Ce marché local pour les cultures d'ombrage apporte un retour de bénéfices plus tôt à la ferme. »

 En plus de cultiver des arbres pour l'ombre, d'autres cultures telles que les haricots peuvent offrir d'autres avantages tels que la fixation de l'azote dans le sol. «L'utilisation de plantes de la famille des haricots et des pois, comme les pois d'Angole ou le cacao madre, comme ombre primaire peut également être plantée à la ferme, car elles aident à fixer l'azote dans le sol.

L'ombre diminue le nombre de mauvaises herbes dans la ferme, ce qui réduit les coûts de désherbage dans l'exploitation et assure une fertilisation plus efficace. Différentes cultures d'ombrage sont utilisées en fonction des opportunités du marché local et des spécifications du sol. La gamme peut aller des cocotiers aux essences indigènes pour la production de bois d'œuvre, les hévéas, la cardamome, la papaye, le plantain et les pois.

 L'agroforesterie et la diversification des cultures améliorent non seulement le potentiel de gain tout au long de l'année, mais elles peuvent également réduire le coût des intrants tels que l'utilisation d'engrais et d'eau. «Une plantation de cacao [monoculture], par exemple, nécessitera une lame d'eau plus élevée qu'une plantation d'agroforesterie, en raison de la réduction de l'évapotranspiration. Des besoins en eau plus faibles signifient un investissement plus faible dans les pompes, les puits et les réservoirs, et une consommation d'énergie moindre en raison des tours d'irrigation plus courts. En d'autres termes, des coûts d'exploitation réduits. »

 L'agroforesterie atténue le risque de changement climatique pour les agriculteurs

Un autre avantage d'un système agricole diversifié tel que l'agroforesterie est qu'il est capable «d'adapter et de résister aux effets des sécheresses, des inondations, des ouragans et des événements climatiques extrêmes étant donné que les agroécosystèmes complexes et les parcelles diversifiées ont plus de terre végétale, plus d'humidité du sol et moins d'érosion . "

 Par rapport à la monoculture, les systèmes agroforestiers ont montré une meilleure résistance aux catastrophes naturelles. «Les observations sur le terrain révèlent que la résilience aux catastrophes climatiques est étroitement liée au niveau de biodiversité à la ferme, une caractéristique majeure des systèmes agroforestiers. Après l'ouragan Mitch et l'ouragan Stan, les fermes du Mexique et des coteaux d'Amérique centrale présentant des niveaux élevés de complexité végétale et de diversité végétale ont subi moins de dégâts que leurs voisins conventionnels en monoculture. »

Points clés à retenir

Les plantations de cacao en monoculture sont l'une des principales causes des taux de déforestation dans le monde. Ces systèmes agricoles dépassés nécessitent de grandes quantités d'intrants externes tels que l'eau et les engrais. Non seulement ils ont des effets dévastateurs sur les paysages des régions productrices de cacao, mais ils menacent également les moyens de subsistance à long terme des petits exploitants agricoles du monde entier.

 L'agroforesterie est une ancienne technique agricole qui, heureusement, fait son retour. Cette technique agricole a démontré qu'elle peut être bénéfique pour l'environnement et apporter de multiples avantages économiques et sociaux. Quelques fabricants de chocolat soucieux de l'environnement s'approvisionnent déjà en fèves dans des fermes ou des coopératives qui utilisent des agroforêts de cacao. Le cacao de monoculture est le résultat de marques de chocolat qui privilégient le profit à court terme sur la durabilité à long terme.

 En tant que consommateurs, nous détenons une grande quantité de pouvoir entre nos mains pour façonner l'avenir que nous imaginons. Choisissons un monde meilleur et soutenons les chocolatiers qui plaident depuis longtemps en faveur des projets agroforestiers.